la saga Dynasty Warriors, ou l’histoire des Trois Royaumes version light


Si l’histoire européenne est l’axe d’enseignement de l’histoire de nos jours, l’histoire asiatique, et en particulier celle de la Chine, est souvent laissée de coté. Et pourtant, celle-ci se révèle d’une richesse exceptionnelle, avec des dynasties qui se créent, qui se développent, et qui disparaissent régulièrement tout au cours de son histoire.

Une période de cette histoire de Chine est d’ailleurs décrite dans un roman historique chinois célèbre, l’Histoire des Trois Royaumes. Cet ouvrage (qui date du XIVe siècle, d’après une autre œuvre datée du IIIe siècle) retrace les évènements survenus entre 220 et 265 ap J.C, et la lutte de pouvoir entre les royaumes de Wei, de Shu, et de Wu pour devenir la puissance dominante en Chine.

C’est en se basant sur cette période riche en péripéties, intrigues et batailles que l’éditeur japonais Koei créa en 1997 l’une des franchises les plus connues au monde, la saga Dynasty Warriors.

Images de différents épisodes de Dynasty Warriors

En effet, cette saga, qui compte déjà 15 ans et 7 épisodes (sans compter les spins-off, ou cross-over, car sinon, on atteint le nombre de 26 jeux !!) a gardé le même schéma sur tout ces épisodes, le classique beat them all, c’est-à-dire d’un jeu où le joueur doit éliminer tous les adversaires qu’il croisera sur sa route. Basique, mais efficace !!

Dans le cas de Dynasty Warrior, toutes ces batailles ont donc pour contexte la période des Trois Royaumes. Mais peut-on allier jeu défouloir et réalité historique ??

Tout au long de la saga, Koei va faire en sorte que l’histoire évolue au rythme de la réalité historique, puisque le premier épisode débute en même temps que le roman, et que le dernier épisode se base sur les évènements qui amène à la réunification des Trois Royaumes. On peut noter donc la volonté de l’éditeur de suivre la trame historique, en changeant de période à chaque nouveau volet.

Il faut également noté que chaque niveau dans lequel le joueur évolue est la reconstitution d’une bataille de l’époque, tel que la bataille de la Falaise rouge (208 ap J.C) qui marquera les esprits par le nombre de soldats impliqués (env 600.000 pour les deux camps). Seulement, si le contexte historique de la bataille est en général le bon, voir un seul soldat, en l’occurrence le joueur, renverser les cours des choses à lui tout seul rend caduc toutes notions de réalité historique.

Il en va de même avec les personnages que le joueur peut incarner. En effet, ils s’agit à chaque fois de personnages historiques, tels que le célèbre stratège Cuo Cuo, le général Lü Bu, ou encore le général Zhao Yun, qui sont tous de grandes figures historiques de l’histoire des Trois Royaumes. Il faut dire qu’il y a beaucoup de personnages dans ces jeux : pas moins de 60 sont disponibles dans la dernière version !! Mais là aussi, la réalité historique est mis à mal. Tout d’abord, les personnages ne ressemblent pas vraiment aux originaux : les tenues portés sont stylisées au possible, rendant la base historique surchargée par des détails visuels à pur vocation esthétique. Les visages ont un coté manga assez prononcé.  Enfin, les personnages féminins sont jouables sur les champs de bataille alors qu’à l’époque, il était impossible à une femme de prendre les armes !!

De plus, la mort de certains protagonistes de jeu ne collent pas à la réalité. Ainsi, alors que certains sont morts de vieillesse ou en étant exécuté, on les vois mourir avant ou après la date réelle, et toujours de façon héroïque !! Si le coté dramatique est du coup boosté, la réalité historique en prend de nouveau un coup . . .

Au final, la saga Dynasty Warrior est le modèle d’une certaines catégories de jeux vidéos se servant d’éléments historique : la trame historique sert juste de fil directeur, les développeurs se permettant une grande liberté sur la réalité historique, afin de pouvoir scénariser au maximum leur jeux. Du coup, l’histoire des Trois Royaumes, si elle reste la pierre angulaire de la saga, se voit être ré-écrite par Koei selon les besoins pour les différentes versions.

On ne peut donc pas parler ici de réalité historique, ni même de fiction historique, mais plutôt d’ histoire « pop-corn« , c’est-à-dire que l’on garde se qui fait le spectacle (les batailles), on garde les personnages charismatiques, et on vire un peu tout le reste !! Heureusement, Koei intègre une vaste encyclopédie sur l’histoire des Trois Royaumes dans ses jeux, comme pour se faire pardonner de l’avoir tellement modifiée.

Vous l’aurez compris, si vous cherchez à connaitre cette période historique, jetez vous sur le roman lHistoire des Trois Royaumes, mais ne comptez sur Dynasty Warrior que pour vous défouler un coup !!

Advertisements

Publié le 4 août 2011, dans Histoire Ancienne, et tagué , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :